Le parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises travaille avec un nouveau partenaire pour la gestion des forêts du territoire du parc.

Au quotidien, le parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises (PNRPA) travaille en faveur de la biodiversité et de la préservation du patrimoine naturel d’une grande partie du département de l’Ariège.

Il intervient dans différents domaines, que ce soit sur les zones Natura 2000, auprès des entreprises, des particuliers, des collectivités ou encore des exploitants.

La forêt représentant plus de 50 % de la surface de l’Ariège, elle fait également partie du champ d’intervention du PNRPA, qu’elle soit communale, domaniale ou privée. Afin de développer la sylviculture sur le territoire et de sensibiliser les propriétaires contre les coupes rases, le parc s’est associé à l’association Sylv’acctes.

Accompagner publics et privés

Cette dernière a été créée en 2016 à Lyon et se développe depuis dans l’Hexagone. Son objectif est de lever des fonds auprès de financeurs pour accompagner des actions sylvicoles. Reconnu organisme d’intérêt général, Sylv’acctes finance partiellement des travaux réalisés dans des forêts publiques ou privées afin de répondre à un projet sylvicole territorial.

« Notre association est non militante et apolitique. Notre but est de travailler avec les collectivités ou des organismes tels que des parcs naturels régionaux pour accompagner des projets sylvicoles établis localement. Nous finançons ces travaux grâce à des fonds donnés par des financeurs avec environ un million d’euros traité chaque année. Cependant, nous faisons attention à qui nous donne de l’argent. Par exemple, nous n’acceptons pas d’argent de raffineries ou encore de sociétés soumises à des obligations environnementales. En revanche, si une entreprise nous demande que les fonds attribués soient utilisés dans un périmètre précis, nous respectons cette demande. En moyenne, l’accord de financement est délivré sous 30 jours après la demande« , développe Loïc Casset, coordinateur général de l’association.

Ce dernier précise également que l’objectif de Sylv’acctes n’est pas de mettre la forêt sous cloche mais bien de l’entretenir et d’y opérer des travaux pour qu’elle protège les sols et ait son rôle de capteur de carbone mais également pour qu’elle puisse être exploitée raisonnablement pour que le bois soit commercialisé au mieux.

Des accompagnements spécifiques

De manière générale, les aides dont peuvent bénéficier les propriétaires forestiers sont dédiés à la plantation et uniquement à cela. Pour autant certaines parcelles ne nécessitent pas de plantation mais à l’inverse un dépressage pour favoriser le développement des arbres.

C’est alors que Sylv’acctes peut intervenir en accompagnant des travaux forestiers mais aussi en finançant des diagnostics en forêt privée. Un premier financeur a récemment fait le choix de l’Occitanie pour financer des travaux. En effet, la fondation de France a alloué à l’association une enveloppe de 90.000€ vouée à être utilisée en Occitanie sur plusieurs années.

Grâce à cette enveloppe, des travaux ont d’ores et déjà été opérés sur moins d’une centaine d’hectares en Occitanie depuis le début de l’année 2022. Grâce à Sylv’acctes, les communes peuvent bénéficier d’aides à hauteur de 50 % et les particuliers à hauteur de 70 % pour les travaux qu’ils engagent.

Spécificités ariégeoises

Élodie Roulier, chargée de mission au PNRPA, explique que les enjeux ariégeois ont été établis dans le cadre d’un projet sylvicole travaillé avec différents acteurs du territoire.

« Les forêts du parc sont jeunes et ont un grand potentiel. Cependant notre paysage forestier comporte beaucoup de feuillus et se trouve principalement dans des espaces pentus et peu accessibles. À ce jour, les forêts sont exploitées pour leur bois en quantité mais peu pour leur qualité pour autant notre bois a une qualité suffisante pour le gros œuvre. Prenez pour exemple le village vacances de La Bastide-de-Sérou ou encore la maison de la jeunesse de Foix, tous deux faits avec du bois local« , étaye la chargée de mission.

Ainsi, différents enjeux ont été établis selon si les forêts sont peuplées de feuillus mélangés, de hétraies pures ou encore de résineux artificiels afin de proposer des actions adaptées pour chacun qui pourront être financées par Sylv’acctes.

Un exemple de terrain

Afin de présenter aux acteurs présents une action concrète de Sylv’acctes, ces derniers ont été conviés au sein de la forêt communale de Lacave, sur une parcelle de 1ha40 qui fait face à une surpopulation et surtout une omniprésence de chênes.

L’office national des forêts a réalisé sur cette parcelle un diagnostic et désigné les arbres à garder et ceux qui pourront être coupés pour faciliter le développement d’autres ayant un fort potentiel. Le chantier de bucheronnage et de débardage sera réalisé à l’automne à l’aide de chevaux.

Ce modèle de débardage est grandement favorisé par le parc afin de préserver la santé des sols qui ne se seront pas passés par le passage de machines motorisées.

Sur l’ensemble de l’action, le déficit est estimé à 1.500€ si l’on comprend le coût de l’intervention de l’entreprise de débardage auquel est déduit la vente du bois. Sur ce montant, Sylv’acctes prendra 50 % à sa charge soit 750€ avec un montant égal de reste à charge pour la commune qui investi pour l’avenir de sa forêt de par cette action.

C.L.