Au cours de plusieurs rendez vous en préfecture et échanges avec le ministre de l’agriculture, les syndicats des JA et de la FDSEA de l’Ariège, ainsi que la Chambre d’Agriculture départementale ont alerté les représentants de l’Etat sur les conséquences de la Maladie Hémorragique Epizootique.

Les annonces officielles 

Marc Fesneau a annoncé deux plans d’aide :

  • La prise en charge des frais vétérinaires et mortalité des animaux à hauteur de 90% pour les élevages déclarés foyers entre le 19 septembre et le 31 décembre 2023. Un élevage est considéré comme foyer lorsqu’une suspicion ou un cas clinique de la maladie a été constaté par un vétérinaire et confirmé par un test PCR positif. Le dossier est à été déposé sur le site démarche simplifié (mettre le lien) avant le 30/04/2024. Pour les élevage déclaré « foyer » après le 31/12/2023, le FMSE interviendra.
  • Un fond d’urgence de 50 millions d’euros dont 5.6 millions d’euros pour l’Ariège reparti à 250€/vache pour les élevages foyers et entre 160 et 180 € pour les élevages non foyers (montant stabilisé en fonction du nombre de dossiers déposés). Le nombre de vaches éligibles est calculé sur la moyenne des femelles reproductrices de 3 dernières années. Ce dispositif, soumis aux aides minimis, est ouvert pour les agriculteurs à titre principal et secondaire ainsi que les cotisants solidaires.

 

La date de dépôt des dossiers est repoussée au 12 mars 2024

Une première vague de la maladie a frappé notre département à l’automne dernier et les conséquences pour nombreux élevage semblent déjà lourdes.  Ce fond d’urgence compensera en partie les pertes indirectes : problème de fertilité et de croissance, dépréciation commerciale des animaux, surcout alimentaire, surcharge de travail, …

Il faut reconnaître que ces deux dispositifs d’aides sont conséquents pour notre département de par le volume financier et les conditions d’éligibilité. Ils visent à soutenir le bien être et la santé de nos troupeaux.  La reprise épidémique au printemps n’est malheureusement pas exclue. Le monde de l’élevage doit donc rester prudent. Le ministre de l’agriculture s’est engagé à déployer des moyens pour la recherche vaccinale qui permettra peut-être à moyen terme de freiner la maladie et les pertes économiques sur nos élevages.

 

Clémence Biard, Présidente des Jeunes Agriculteurs de l’Ariège.