AIDES – Les syndicats de la FDSEA et des JA ont fait pression pour que les services de l’Etat débloquent les paiements des aides MHE, mais également que l’enveloppe financière dédiée à cette pandémie soient utile à tous les éleveurs du département qui ont été impactés de près ou de loin.

Suite à la demande des syndicats, et à de multiples réunions de travail avec la DDT et la Préfecture l’entièreté des versements pour les exploitations déclarées foyer ont été effectués en fin de semaine dernière. De ce fait l’ensemble des éleveurs concernés par ces versements devraient percevoir les paiements dans les jours qui viennent.

D’autre part, les syndicats majoritaires ne s’arrêtent pas là dans les démarches de soutien et d’accompagnement des éleveurs touchés par la MHE. En effet au vu des répercussions sur les troupeaux du département, la FDSEA et les Jeunes Agriculteurs ont œuvré à la mise en place d’une aide pour les exploitations qui n’ont pas été déclarée comme foyer MHE, mais qui en subissent tout de même les conséquences. Les syndicats restent donc en alerte sur le sujet, et attendent des concrétisations dans les deux mois à venir.

Suite à de nombreuses remontées de terrain de la part des éleveurs, les syndicats ont recensé un nombre d’avortement important et ont fait remonter cette problématique aux services de l’Etat. Ceci pour que ces vaches soient comptabilisées comme « femelles reproductrices » et donc indemnisées dans le cadre du fond d’urgence. Les discussions sont toujours en cours, et les modalités d’indemnisation seront précisées prochainement.

Du fait de sa récente apparition en France, la MHE est une maladie dont on connait encore peu les conséquences sanitaires et économiques. Moins d’un an après son apparition dans les Pyrénées, les éleveurs constatent dores et déjà de lourdes répercussions sur leur cheptel.

Ainsi, les syndicats de la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs de l’Ariège, appellent les éleveurs qui percevront cette aide à la prendre comme un soutien de la part de l’Etat, pour anticiper les difficultés que la filière de l’élevage peut encore subir.

La FDSEA et les JA