Le 16 mai dernier, une attaque d’ours a eu lieu sur la commune de Lapège. A peine à la mi-mai, c’est le GP de Lapège-Etang Bleu qui fait les frais de la première attaque d’ours sur troupeau.

David Guilhot, éleveur membre du GP

« On est monté le jeudi de la foire de Tarascon, donc en moins d’une semaine, on aura déjà perdu 4 bêtes, et 2 de blessées. On a une bergère là-haut, c’est elle qui a trouvé les premiers bêtes jeudi. Elle m’a prévenue de suite, et j’ai à mon tour appelé l’OFB pour qu’ils montent faire une expertise. Evidemment, ils n’ont pas pu monter le jour J, et ils ne sont finalement montés que 3 jours après, le samedi.

Comme je disais, j’ai aussi trouvé des bêtes blessées, une au thorax et une autre au pie, elles, elles n’ont été expertisées que le dimanche. Honnêtement, je ne sais pas si elles s’en sortiront un jour, en tout cas moi, je les considère comme foutues…

Et pour les autres, celles qu’on a retrouvé morte, et bien déjà, on part sur une mauvaise base puisque les agents de l’OFB qui sont montés faire l’expertise n’ont pas directement reconnu que c’était une attaque d’ours, donc là, on sait qu’on part pour des semaines, voire des mois d’attentes avant que la décision soit tranchée.

Déjà au printemps, on avait vu des traces d’ours à proximité du village, et l’OFB été venue faire des prélèvements, je ne sais pas à quoi ça a servi…Je n’ose même pas penser au bilan de cette saison, si je fais le bilan de l’an dernier, j’ai un total de 11 bêtes disparues, et vu comment la saison commence. J’ai décidé de prendre un patou pour la protection de troupeau, mais bon force est de constater que ça n’a pas suffi… »

 

Les syndicats de la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs de l’Ariège ont pris le problème à bras-le-corps en alertant la DDT et la Préfecture sur l’importance de reconnaître cette attaque comme une attaque d’ours. En effet, cette année la première attaque aura donc eu lieu le 16 mai…

Sébastien Durand, Président de la FDSEA de l’Ariège

« L’an dernier, c’était le 17 mai, cette année, c’est un jour plus tôt… Comment voulez-vous que les éleveurs ne soient pas découragés d’avance ? Avant même de monter en estive les attaques frappent déjà les éleveurs de l’Ariège. » 

 

Sophie Alzieu, référente du dossier montagne pour la FDSEA de l’Ariège

« On sait qu’il y a des passages réguliers d’ours dans ce secteur notamment au printemps. Déjà, l’an dernier, l’éleveur avait perdu des bêtes probablement à cause de la prédation. Les photos de l’attaque ne laissent pas trop de doute sur le fait que ce soit une attaque d’ours. Comme d’habitude, on constate que l’OFB cherche à minimiser les attaques dues aux ours avec des arguments douteux. Par exemple des bêtes trop charognées alors que les agents de l’OFB ne montent généralement pas dans les 48h qui suivent la demande d’expertise des éleveurs.

Ça donne tout simplement l’impression que le but est de ne pas reconnaître la Haute-Ariège comme une zone de présence importante d’ours. La saison n’est pas encore commencée et déjà, les relations avec l’OFB s’annoncent complexes.

Il y a seulement quelques jours, l’ours a été vu sur la commune d’Auzat, en pleine journée, dans le champ d’un particulier, en train de faire expertiser ses ruches qui avaient été attaquées pendant la nuit. Ça signifie que l’ours n’a plus aucune crainte de la présence humaine… »

A.D