Après 10 jours de Salon de l’Agriculture, de rencontres politiques et d’annonces gouvernementales voici dans les grandes lignes les annonces qui ont été faites par le ministère de l’agriculture et le gouvernement.

  • Recherche et innovation au service des transitions des filières végétales 

Trois démarches visant à renouveler l’approche de la protection des cultures ont connu une avancée concrète, le 1er mars au Salon international de l’agriculture.

La sélection végétale à l’honneur

Le programme de recherche « Sélection végétale avancée pour faire face au défi climatique et à la transition agroécologique » a été officiellement lancé. Il vise à coordonner et soutenir à l’échelle nationale l’ensemble des acteurs de la recherche en sélection végétale au service de la transition agroécologique et faire de la France un leader de la recherche dans ce domaine.

Une passerelle entre biocontrôle et biostimulation

Le Grand défi biocontrôle et biostimulation a lui aussi été officiellement lancé. Doté d’un financement de 42 millions d’euros dans le cadre de France 2030, auxquels s’ajoutent 18 millions d’euros de contribution du secteur privé. Les objectifs ? accélérer l’innovation française en matière de biocontrôle et de biostimulation ; pérenniser un collectif d’acteurs publics et privés autour de ces leviers des transitions agricoles ; inventer de nouveaux modèles d’affaires permettant de déployer l’usage de ces leviers.

Concrétisation des premiers plans d’action du Parsada

Autre temps fort: la signature des deux premières lettres d’engagement du ministère de l’agriculture et de la souveraineté alimentaire (MASA) en soutien aux projets issus du Plan stratégique pour l’anticipation du potentiel retrait européen des substances actives et le développement de techniques alternatives pour la protection des cultures (Parsada).

Un budget exceptionnel de 146 millions d’euros dès 2024 y sera consacré et 14 plans d’actions ont déjà été validés.

  • Appel à projets du fonds d’investissement en hydraulique agricole pour contribuer à sécuriser l’accès à l’eau des exploitations agricoles

Annoncé par Marc Fesneau le 22 janvier dernier, ce fonds d’investissement s’inscrit dans le cadre du plan d’action pour une gestion résiliente et concertée de l’eau, dit « Plan Eau ». Il a pour objectif d’accompagner les efforts d’adaptation de l’agriculture aux conséquences du changement climatique et de contribuer à sécuriser l’accès à l’eau des exploitations agricoles. C’est pourquoi, ce fonds est abondé à hauteur de 20 millions d’euros en 2024, un montant de 30 millions d’euros lui sera consacré à partir de 2025.

Il permettra de remobiliser et moderniser les ouvrages hydrauliques existants et de développer de nouveaux projets. Le premier appel à projets se déroulera du 5 mars au 15 mai 2024. Les demandes d’aide sont à adresser à la direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DRAAF).

  • Marc Fesneau présente quelques actions du Pacte en faveur de la haie et annonce le lancement du premier appel à projets en faveur de la plantation

Le ministre a profité de cette occasion pour mettre en lumière les trois actions, parmi les 25, du Pacte : l’observatoire de la haie, la simplification législative et réglementaire et l’aide à la plantation et la gestion durable.

Observatoire de la haie : Pour collecter des données et créer un référentiel cartographique national, identifier et suivre la progression des haies pour collecter des données et créer un référentiel cartographique national pour fin 2024

Simplification législative et réglementaire : Pour faciliter, protéger et valoriser les haies, mais aussi simplifier la législation et la réglementation sur la définition de la haie, sa gestion et destruction qu’elle soit agricole ou non. La mise en place d’un guichet unique d’instruction permettra de gagner en lisibilité, en cohérence, et mieux protéger et valoriser les haies à l’échelle nationale.

Appel à projet : Pour accompagner à la plantation des haies et à leur gestion durable. Le dispositif d’aide à la plantation et à la gestion durable des haies constitue la principale mesure financière du Pacte en faveur de la haie dotée de 94 millions d’euros.

 

  • Emmanuel Macron annonce un « plan de trésorerie d’urgence »

Emmanuel Macron a évoqué un « plan de trésorerie d’urgence » pour soulager les agriculteurs. A l’occasion de sa visite d’inauguration au Salon de l’Agriculture, le Président de la République a annoncé vouloir rassembler les banques et l’ensemble des secteurs pour pouvoir mettre en place ces plans de trésorerie. « Nous lancerons un recensement dans chaque région des exploitations qui sont dans les plus grandes difficultés de trésorerie pour pouvoir les accompagner », a-t-il ajouté.

  • L’annonce qui fait débat : les « prix planchers »

Le chef de l’État a formulé l’objectif « qu’on puisse déboucher sur des prix planchers qui permettront de protéger le revenu agricole », dans le cadre de la préparation d’une nouvelle loi encadrant les relations entre les acteurs de l’alimentation. Ces « prix planchers » seront fondés sur les indicateurs de coût de production sur lequel chaque filière (volailles, lait, viande bovine…) a dû se mettre d’accord pour objectiver les coûts de production des agriculteurs.

  • Le Président de la République a répété vouloir éviter qu’un pesticide soit interdit en France avant le reste de l’Union européenne

Pour cela, il veut que l’agence française sanitaire Anses, qui est indépendante, reste calée sur le calendrier européen et donc ne décrète pas d’interdiction en France avant les voisins.

  • Simplification des normes, assouplissement des contrôle et droit à l’erreur

Parmi de multiples engagements gouvernementaux Emmanuel Macron a aussi dit aux agriculteurs qu’il voulait étendre le « droit à l’erreur » au monde agricole, « ce qu’on n’a pas réussi à faire jusque-là », en raison notamment de restrictions liées au droit de l’UE et aux normes environnementales. Une proposition de loi LR de la députée Anne-Laure Blin existe en ce sens.

A.D