A la sortie du délibéré de la cour d’appel de Toulouse, nous étions soulagés. Le juge a prononcé une amende de 1169€ pour chacune de nos 4 structures pour défaut de déclaration de manifestation. C’est une peine bien inférieure aux réquisitions du procureur et des peines prononcées en première instance. Nous avons été relaxés sur l’entrave à la liberté de réunion et les 6 associations écologistes ont été débouté entièrement de leur préjudice moral à hauteur de 15 000 € chacune.

Les larmes de joie ont vite été remplacées par des larmes de colère, de haine, de stupéfaction… Quelques heures avant la fin du délai légal, le ministère public et les 6 associations plaignantes (Chabot, Comité écologique 09, FNE Midi Pyrénées, Ferus, Dame, Aspas) ont déposé un pourvoi à la cour de cassation. Nous sommes donc suspendus à un nouveau jugement à Paris d’ici un an ou plus.

Dans un panorama judiciaire national relativement chargé avec des dizaines de manifestations incomparables et bien plus virulentes tels que les nombreux gendarmes blessés à Ste Soline, notre rassemblement de la Bastide de Sérou sera jugé dans la plus haute juridiction française.

Nous sommes personnellement attaqués, victimes des frénésies de la justice. Le ministère public revient à la charge. L’Etat veut couper les têtes des élus professionnels et syndicaux engagés que nous sommes.

Quel acharnement ! Quelle indignation ! Quelle opiniâtreté dans un contexte de profond déclin de l’économie agricole étouffée un peu plus chaque jour par la pression normative, les crises politiques, sanitaires et climatiques !

Ce procès concerne aussi l’ensemble du monde rural puisque notre profession et nos valeurs sont menacées.  Le combat judiciaire continue, le chemin semble encore long et douloureux …

La solidarité du monde agricole et rural est indispensable pour freiner collectivement les agitations de cette minorité qui prétend être les sauveurs de l’environnement. Ceci pour que demain, nos syndicats continuent à défendre notre si beau métier avec engagement, force et pugnacité.

Votre aide et vos dons permettront d’abonder la cagnotte pour financer les frais de procédure que seuls les accusés et nos structures ne pourront supporter.

Avec nos sincèrement remerciement,

Syndicalement,

Clémence Biard