La campagne 2020 du recensement agricole a été lancée le 1e octobre dernier. Une action nationale organisée régionalement.

Tous les dix ans, l’État lance une enquête auprès de tous les agriculteurs de l’Hexagone pour faire un état des lieux complet de l’agriculture française et en découler les enjeux principaux pour l’avenir.

Un budget de 25 à 30 millions d’euros a été consacré à cette opération, 25 à 35 % de moins que le recensement effectué en 2010. Il inclut toute la période de préparation jusqu’à la publication des résultats prévue en fin d’année 2021.
Le panorama de l’agriculture française qui résultera de ce recensement pourra être décliné jusqu’à l’échelle communale.

Une opération principalement numérique

La nouveauté pour cette édition est que toutes les exploitations ne seront pas visitées par des enquêteurs. Ainsi, depuis le 1e octobre, les agriculteurs français ont reçu, par courrier ou par mail, une invitation à répondre au questionnaire de recensement en ligne. Ils ont jusqu’au 30 avril pour répondre à ce questionnaire obligatoire.

La Draaf Occitanie conseille aux exploitants de se munir des documents d’identification de leur exploitation (n° siret, n° de pacage, EDE, CVI) mais aussi de leur dernière déclaration Pac avant de commencer à remplir le questionnaire. En moyenne, un exploitant consacrera entre 20 et 30 minutes de son temps à ce document obligatoire.

Une partie des réponses à donner sont déjà préremplies mais elles devront être vérifiées par tous les exploitants. En effet, pour parvenir à contacter tous les chefs d’exploitation de l’Hexagone, l’État s’est rapproché d’instances administratives telles que la MSA ou la DDT.

Un questionnaire plus approfondi

Malgré une prédominance numérique, certaines exploitations seront tout de même visitées. Choisies au hasard, elles permettront au Gouvernement d’avoir des réponses plus précises sur les attentes des exploitants quant à l’avenir de l’agriculture en France.
Sur les 82.000 exploitations d’Occitanie, un peu plus de 10 % accueilleront un enquêteur, soit 8.341 exploitations. La Draaf Occitanie a déployé 100 enquêteurs sur tout le territoire. En Ariège, 245 exploitants sont concernés par une visite.

Ces derniers n’auront donc pas à remplir le questionnaire en ligne car celui-ci sera rempli avec l’enquêteur qui se présentera à son exploitation.
Malgré le contexte sanitaire, la Draaf Occitanie a tenu à préciser que toutes les visites seront maintenues dans le respect des gestes barrière.

Une réponse obligatoire

Conformément à la loi n°51-711 du 7 juin 1951 : “Les personnes sont tenues de répondre, avec exactitude, et dans les délais fixés, aux enquêtes statistiques qui sont rendues obligatoires en vertu de l’article 1e bis.”

Ainsi, les exploitants qui ne respecteraient pas le délai de réponse à ce questionnaire recevront en premier lieu une lettre recommandée avec accusé de réception. Puis s’ils n’y répondent pas dans le délai qui leur est imparti, ils pourront recevoir une contravention d’un montant de 900€.

Dans l’éventualité où un exploitant n’aurait pas reçu d’invitation à remplir le questionnaire de recensement d’ici début 2021, il leur est conseillé de contacter la Draaf Occitanie.
Les questions qui composent le questionnaire sont réparties par type de production et demandent aux exploitants d’être précis dans leur réponse pour avoir le panorama le plus précis possible pour les dix années à venir.

C.L.

Les exploitants ariégeois pour qui l’exploitation sera visitée par un enquêteur dans le cadre du recensement peuvent contacter le journal Terres d’Ariège par mail aux adresses terres.ariege@gmail.com ou arseguel.terresariege@laposte.net ou par téléphone au 05 61 02 14 32. Cette information nous sera utile dans la perspective d’un futur article.