Pour la septième année consécutive, une ambassade ariégeoise s’installera porte de Versailles, à Paris, le temps du salon international de l’agriculture. Une nouvelle édition riche en transformations.

Cette année encore, le conseil départemental de l’Ariège dans la promotion de l’agriculture et de l’Ariège grâce à une ambassade ariégeoise de 120m² au salon international de l’agriculture.

« Le salon de l’agriculture est un rendez-vous incontournable du monde agricole, auquel le territoire de l’Ariège est très attaché. En effet, nous sommes ravis de pouvoir faire rayonner notre département pour la 7e année consécutive« , expose Christine Téqui, présidente du conseil départemental.

Selon elle, ce salon est un lieu de présentation des savoir-faire ariégeois mais aussi un moment de rencontre avec des entreprises de la France entière.

Une vingtaine de producteurs

Pour cette nouvelle édition, pas moins de 20 producteurs du département vont se succéder sur cet espace de valorisation, dont six nouveaux. De la charcuterie aux vêtements, en passant par le vin, la bière ou encore les cosmétiques, l’agriculture et l’artisanat de l’Ariège seront vivement représentés à Paris, du 25 février au
5 mars.

« Le travail que toutes et tous font localement doit être mis en lumière auprès du public parisien, ajoute Christine Téqui. Mais ce ne sont pas les seuls que nous souhaitons conquérir. L’Ariège sera en effet mise à l’honneur du 10 au 12 mars aux Tablées de Rheu, salon des vins et de la gastronomie organisé en Bretagne. »

En complément des producteurs, le groupe Gasconne des Pyrénées sera présent sur l’espace du Coram, dans le hall 1, avec trois éleveurs ariégeois. Patrick Respaud sera accompagné de deux bœufs Label Rouge et une vache non suitée, Guillaume Lazerges aura une vache avec son veau, tout comme Éric Bertrand. Valérie Sabathier sera quant à elle présente avec un taureau.

Des éleveurs de brebis Tarasconnaises et de chevaux de Mérens – du Gaec du Soularac et de l’élevage du Coyt – et Castillonnais seront également présents, accompagnés de leurs bêtes dans les halls 1 et 6.

Les raisons du SIA

« Il existe trois bonnes raisons de prendre part au salon de l’agriculture. Tout d’abord, comme l’a dit Christine, c’est un lieu de rencontre avec le public Parisien. Il s’agit du plus grand salon agricole d’Europe. Ensuite, il permet de promouvoir les territoires. Cette année, l’Ariège tire son épingle du jeu en étant bien mieux placée que les années précédentes. Enfin, c’est un lieu de rencontre pour les responsables agricoles. C’est un levier pour parler et faire parler de l’Ariège. Une soirée dédiée à la promotion de la marque Nòu est d’ailleurs prévue le lundi soir. L’occasion pour deux investisseurs de la marque de convier de nouveaux investisseurs autour d’un repas convivial« , étaye Philippe Lacube, président de la chambre d’agriculture.

Le médiéval à l’honneur

Du côté du tourisme, l’agence de développement touristique (ADT) Ariège Pyrénées sera elle aussi présente afin de promouvoir le département sur le plan vacances.

« Le moment est propice puisque nous sommes en pleine finalisation du nouveau schéma départemental. L’une des directions envisagées pour ce dernier est la promotion de l’écotourisme, une activité qui séduit de plus en plus les populations citadines« , précise Alain Toméo, président de l’ADT.

Alors que la préhistoire était à l’honneur depuis plusieurs années, cette nouvelle édition sera celle de la période médiévale. Le traditionnel « Mammouth« , monnaie ariégeoise exclusive au salon de l’agriculture sera remplacée par le « Florin« .

En complément, l’équipe du service d’exploitation des sites touristiques Ariège (Sesta) accueillera les visiteurs en costumes d’antan du samedi 25 au mardi 28 février.

Le château de Foix ayant accueilli son 100.000e visiteur en 2022, ce sera à son tour d’être valorisé, en particulier par le biais du photobooth présent sur le stand. Il permettra aux visiteurs de poser devant un décor à couper le souffle donnant l’effet de survoler le château de Foix.

C.L.