Le 29 Novembre dernier, Arnaud Gaillot, président de Jeunes Agriculteurs National était à Mirepoix, sur l’exploitation de Brice Bousquet – GAEC de Bellevue pour une rencontre avec les Jeunes Agriculteurs de l’Ariège.

 

S’adapter au territoire

Au travers de la présentation de son exploitation, Brice Bousquet a pu exposé les spécificités de cette zone de coteaux secs et les pratiques mises en place pour s’adapter aux contraintes pédoclimatiques. Le jeune éleveur, pratique le pâturage tournant dynamique au printemps pour une meilleure optimisation des pacages souvent fragilisés par les sècheresses estivales successives. La disponibilité de la ressource en eau inquiète aussi Brice pour la sécurisation des stocks fourragers et le maïs semence que le GAEC de Bellevue cultive sur les terres de Mazères. Il a également exposé les difficultés auxquelles il a fait face il y a quelques jours lorsque la MHE a touché son cheptel : « une vache a développé des signes cliniques importants. Elle n’a pas pu s’alimenter et s’abreuver pendant plusieurs jours. Les soins vétérinaires s’élèvent à plusieurs centaines d’euros »

On marche sur la tête

Le président national a remercié l’implication du réseau ariègeois dans les mobilisations de ces dernières semaines au cours desquelles, les JA ont retourné symboliquement des panneaux aux 4 coins du département.  Les problématiques locales ont pu être longuement abordées afin que l’équipe nationale puisse les porter et les défendre lors des futures rencontres dans les ministères.

Prédation : La prédation ursine, et depuis peu lupine, continuent de faire des ravages en Ariège. Les JA09 souhaitent faire reconnaître au sommet de l’Etat « l’improtégeabilité des estives ariègeoises ». En effet, sur des montagnes très escarpées où les brebis pâturent en « escabot« , il est impossible de les rassembler tous les soirs.

MHE :  Avec près de 230 foyers en Ariège, les conséquences économiques de cette maladie sont importantes (soins vétérinaires, perte de production, commerce difficile, …). Les éleveurs sont toujours en attente de la déclinaison du plan d’aide promis par le ministre le 02 Novembre dernier. Ils soulèvent également le besoin de mobiliser des crédits pour la recherche de ces maladies qui sont sans aucun doute une conséquence du changement climatique.

PAC : Des dizaines d’exploitations, notamment des nouveaux installés, sont toujours en attente des paiements PAC pourtant promis pour la mi octobre. Une situation inacceptable !

Eau : Pour la campagne d’irrigation 2023, la profession majoritaire a volontairement proposé une attribution de 50% des volumes aux irrigants compte tenu du remplissage des ressources. Une décision nécessaire mais qui n’est pas sans conséquence économique puisque nous observons une baisse de 30% de la surface en maïs semence. Les JA 09 s’indignent que seule la profession agricole fasse des efforts sur la gestion de l’eau alors que l’utilisation de l’eau domestique et urbaine n’a pas été affectée. Le syndicat jeune ariégeois a soulevé aussi son mécontentement face l’augmentation de la redevance collectée par les agences de l’eau qui fait suite au « plan eau » annoncé par le président de la République en Mars 2023 et le projet de loi des finances 2024 : un sentiment supplémentaire d’un manque de soutien de l’Etat pour aider l’agriculture.

Jean Yves Bousquet a endossé sa casquette de 1er vice président de la Chambre d’Agriculture et à ses cotés Sébastien Durand, vice président de la FDSEA ont appuyé les problématiques soulevées par le syndicat jeune en indiquant le bon travail collaboratif des JA, de la FDSEA et la Chambre d’Agriculture. Les Jeunes Agriculteurs remercient Jean Yves & Brice Bousquet pour l’accueil chaleureux qui leurs ont réservé.

 

Clémence Biard, Présidente des Jeunes Agriculteurs de l’Ariège