À l’occasion d’une séance plénière fin novembre, le conseil départemental de l’Ariège a présenté ses orientations stratégiques pour 2022. Une partie de ces dernières étaient consacrée à l’agriculture.

Chaque année, les élus du conseil départemental se réunissent en séance plénière afin de voter les orientations budgétaires de l’année à venir et de les répartir autour de divers domaines. Ainsi, le 29 novembre, tous se sont retrouver pour étudier les orientations stratégiques pour 2022.

Au sein du grand domaine qu’est l’aménagement, des thématiques agricoles sont abordées : agriculture/espace rural et eau. Pour l’année 2022, l’aménagement se voit attribuer un budget de 8,9 millions (M) d’euros avec 2,5 M€ pour l’aménagement urbain et les énergies, 2,4 M€ pour l’agriculture et l’espace rural et 4 M€ pour l’eau.

Restructuration foncière

Depuis 2005, le département a pour compétence l’aménagement foncier agricole, forestier et environnemental (AFAFE). Dans le cadre de cette mission, plusieurs communes lui ont demandé de conduire des opérations d’AFAFE qui se poursuivront en 2022.

Un animateur dédié au regroupement parcellaire des forêts privées fera également son arrivée au cours de l’année au sein de la direction de l’aménagement et de l’environnement afin de réorganiser et maîtriser ce foncier qui représente 53 % de la surface départementale.

©CD09

En partenariat avec la chambre d’agriculture, le conseil départemental conduit également un diagnostic sur l’installation agricole et le développement des productions maraîchères afin de répondre aux demandes de la restauration hors domicile ariégeoise et à celles de la légumerie départementale.

En ce qui concerne la santé animale, le conseil départemental s’est engagé auprès des éleveurs à les aider dans l’éradication de la diarrhée virale bovine (BVD) en finançant une partie de la prophylaxie. Une opération qui sera renouvelée en 2022 avec un budget de 420.000€.

L’eau, ressource essentielle

Le département s’investit également en faveur de l’eau afin de préserver cette ressource pour tous ses usages dont l’irrigation.

Une étude de faisabilité technique et économique de la sécurisation du remplissage du barrage de Montbel à partir de la rivière Touyre devrait se clôturer en 2022 par la comparaison des tracés de la conduite de l’eau afin de vérifier la faisabilité d’un positionnement de la conduite d’eau sur le racé de la route départementale RD 928. Une fois cette comparaison terminée, au premier trimestre, un dossier règlementaire sur cette sécurisation pourra être instruit auprès des services de l’État.

Puis, toujours en partenariat avec la chambre d’agriculture, le conseil départemental devrait clôturer l’étude d’inventaire des plans d’eau et retenues collinaires du département afin d’identifier le potentiel de volume mobilisable pour soutenir l’hydrologie des cours d’eau et sécuriser l’irrigation des cours d’eau souvent soumis à des restrictions.

Autant de thématiques qui prouvent le soutien du conseil départemental envers l’agriculture ariégeoise.

La région Occitanie aux côtés des agriculteurs
Le 16 décembre, la région Occitanie a voté son budget 2022. Parmi ses grands axes de travail, un certain nombre sont dédié à l’agriculture :
– un travail sur le contrat de filière en viticulture est prévu avec pour objectif de donner un appui au maintien du potentiel de production avec une enveloppe de 1,8 M€. La question des aléas de production est d’ailleurs au cœur de ce projet ;
– l’écriture du programme régional FEADER en prévision de la Pac 2023-2027 avec trois objectifs : la transition agroécologique, le renouvellement des générations et la simplification des démarches administratives. Au total, un budget de 440 M€ est prévu pour l’intégralité de la campagne ;
– la généralisation des contrats d’agriculture durable qui étaient en expérimentation en 2021 avec une enveloppe d’1 M€ ;
– le développement de la foncière agricole d’Occitanie avec pour objectif une trentaine de nouveaux exploitants sur le territoire en 2022 ;
– 1,7 M€ en faveur des aides à l’installation et au renouvellement des générations ;
– 2,2 M€ pour accompagner la filière bio ;
– 600.000€ pour accompagner les filières végétales ;
– 7,75 M€ pour l’accompagnement des entreprises agroalimentaires ;
– 1,9 M€ pour la filière bois.

C.L.