La préfecture de l’Ariège a publié le 19 janvier dernier un arrêté concernant les zones d’éligibilité à la mesure de protection des troupeaux contre les attaques de loup.

L’Ariège a connu sa première attaque reconnue de loup, à l’encontre d’un troupeau, en décembre 2019 dans la commune de Cazals-des-Bayles. Suite à celle-ci et aux nombreuses prédations qui ont eu lieu dans l’Aude, la préfecture a décidé de prendre un arrêté portant sur la “délimitation des zones d’éligibilité à la mesure de protection des troupeaux contre la prédation pour l’année 2020”.

Toutes les communes de la zone ariégeoise étaient limitrophes à la zone audoise.
Ainsi, en 2020, 25 communes du département ont été inclues aux zones d’éligibilité au sein de trois cercles différents.

Les communes de Cazals-des-Bayles et de Moulin-Neuf faisaient partie du cercle 1 de la zone d’éligibilité. Le second cercle était composé de Camon, Lagarde, Malegoude, Mirepoix, Roumengoux et Saint-Foi. Enfin, L’Aiguillon, Bélesta, Belloc, Besset, Fougax-et-Barrineuf, La Bastide-de-Bousignac, La Bastide-sur-l’Hers, Léran, Lesparrou, Montaillou, Montbel, Montségur, Le Peyrat, Prades, Saint-Julien-de-Gras-Capou, Saint-Quentin-la-Tour et Troye-d’Ariège composaient le troisième cercle.

Pour l’année 2021, la préfecture a tenu à maintenir cet arrêté tout en l’adaptant aux réalités de terrain. En effet, aucune prédation imputée au loup n’a eu lieu en Ariège en 2020. Quant à celles qui ont eu lieu dans l’Aude, elles étaient principalement regroupées au nord de la zone de protection définie par l’arrêté de 2020.

Dans le but de coïncider avec les changements de zonage de l’Aude, les services de l’État ariégeois ont pris la décision de supprimer neuf communes de la zone d’éligibilité de cet arrêté préfectoral pour l’année 2021.

Seize communes éligibles

Comme indiqué sur la carte ci-contre, les communes de Cazals-des-Bayles, Moulin-Neuf, Camon, Lagarde, Malegoude, Mirepoix, Roumengoux et Saint-Foi, Belloc, Besset, La Bastide-de-Bousignac, Léran, Montbel, Saint-Julien-de-Gras-Capou, Saint-Quentin-la-Tour et Troye-d’Ariège composent toujours la zone d’éligibilité à la mesure de protection des troupeaux.

Tous les éleveurs étant installés dans ces communes peuvent donc prétendre à un financement de mesures de protection des troupeaux même s’ils n’ont pas subi d’attaque à titre de prévention.

Les agriculteurs intéressés peuvent ainsi se rapprocher de la direction départementale des territoires pour s’informer sur les modalités d’obtention de ces aides et les modes de protection proposés par l’État selon la zone à laquelle leur commune appartient.

C.L.