Le 1er février, la concertation publique concernant le schéma d’aménagement et de gestion des eaux a été ouverte par une soirée de présentation ouverte à tous.

Jeudi soir, la salle du Conseil départemental de l’Ariège était comble. Pour cette entrée en matière, une majorité d’élus locaux étaient présents, ainsi que la profession agricole, quelques associations environnementaliste et également des citoyens du département.

La concertation s’est ouverte sur les discours des élus départementaux, et les référents du projet du SAGE.

Christine Téqui, Présidente du Conseil départemental de l’Ariège précise:

« Avant toute chose je tiens à rappeler que le SAGE est le fruit d’un travail partenarial ; rassemblés au sein de la Commission Locale de l’Eau (CLE), qui réunit collectivités territoriales, services de l’État, acteurs économiques et associatifs pour assurer une réflexion globale et des propositions réalistes. Nous avons un défi à relever, celui de l’eau, bien commun, au cœur de nombreuses préoccupation aujourd’hui, et nous sommes tous concernés. Le Conseil Départemental de l’Ariège étant la structure porteuse du SAGE BVPA, j’espère que nous saurons être à la hauteur de vos attentes à l’occasion des semaines de concertations qui arrivent. »

 

Le SAGE quèsaco finalement ?

Le schéma d’aménagement et de gestion de l’eau (SAGE) est un outil de planification, institué par la loi sur l’eau de 1992, visant la gestion équilibrée de la ressource en eau.

Déclinaison du SDAGE à une échelle plus locale, il vise à concilier la satisfaction et le développement des différents usages (eau potable, industrie, agriculture, …) et la protection des milieux aquatiques, en tenant compte des spécificités d’un territoire. Délimité selon des critères naturels, il concerne un bassin versant hydrographique ou une nappe. Il repose sur une démarche volontaire de concertation avec les acteurs locaux.

 

Premier temps de concertation, Nicolas Pujol, référent eau pour la Chambre d’Agriculture et Alexandre Toulis, responsable du dossier eau chez les Jeunes Agriculteurs nous font leurs retours :

Nicolas Pujol

« A mon sens, c’est plutôt positif. Les échanges à l’occasion des ateliers ont été intéressants, nous étions par groupe de 10-15 personnes (tout public confondu : élus, associations, professionnels…) et chacun a pu donner son avis, son idée sur le SAGE. Ce qui me satisfait le plus c’est que la notion de stockage de l’eau est souvent ressortie. C’est une bonne chose, ça signifie qu’il n’y a pas que la profession agricole qui se soucie de la question des réserves d’eau. »

 

Alexandre Toulis

« Comme le dit Nicolas, c’est vraiment un point positif de constater que d’autre acteurs du territoire se préoccupent du stockage et du partage de la ressource en eau. Bien que les échéances d’application su SAGE soient lointaines (2/3 ans), il faut que nous restions mobiliser sur le sujet, ce schéma d’aménagement et de gestion des eaux, ça peut changer beaucoup de choses pour l’agriculture du bassin versant, mais aussi pour le territoire en lui-même. »

Nicolas Pujol

« Le planning des concertations est chargé pour les mois à venir, mais il faudra que nous restions mobilisés. Pour les ateliers notamment, qui auront lieu un peu partout sur le territoire de février à avril. Les ciné-débat aussi peut être, ce type de rencontre mobilise généralement plus les citoyens, le grand public, c’est l’occasion pour l’agriculture d’être entendu. En tant que représentants de la profession notre part du contrat c’est aussi de faire de la sensibilisation, d’être acteur de la prise de conscience des enjeux liés à la ressource en eau. Donc cette phase de concertation, elle est importante pour tous les participants, mais elle est cruciale pour nous, agriculteurs »

Les prochains rendez-vous de concertation

Les échéances du SAGE

A.D