Le Service de remplacement fête cette année ses 50 ans, l’occasion pour le service ariégeois de convier ses adhérents à une rencontre au lycée agricole de Pamiers.

Vendredi 25 mars, le service remplacement de l’Ariège (SRA) tenait ses olympiades départementales annuelles au lycée agricole de Pamiers.

Quatre équipes de quatre participants se sont affrontés sur cinq épreuves : tronçonnage/débroussaillage, conduite de tracteurs, contention bovine, réglage de semoir et prise de consignes. Chaque équipe regroupait deux salariés du service de remplacement, un élève du lycée agricole ainsi qu’un adulte du CFPPA.

Léa Pencréac’h, salariée du SRA accompagnée de l’équipe gagnante des olympiades 2022 : Élodie Delponte, Ewan Dando, Maël Barrier et Jean-Christophe Rech.
©Service de remplacement de l’Ariège

Cependant, l’année 2022 étant l’année des 50 ans du service de remplacement à échelle nationale, le service ariégeois a profité des olympiades pour fêter cet anniversaire avec ses adhérents.

Un développement local

Ces derniers ont été conviés l’après-midi dans l’amphithéâtre du lycée afin d’aborder diverses thématiques gravitant autour du service de remplacement.

François Marfaing, président du SRA est tout d’abord intervenu pour remercie l’établissement pour son accueil et sa participation chaque année à l’occasion des olympiades. Il est ensuite intervenu sur les défis que rencontraient aujourd’hui le SRA et en particulier les difficultés qu’il rencontrait pour recruter de nouveaux salariés afin d’assurer toutes les missions confiées.

En dix ans, notre activité a augmenté de 100 % et il devient indispensable pour nous de nous faire connaître auprès des demandeurs d’emploi”, étaye-t-il.

Le replacement en agriculture a été créé en 1972 sur la base d’initiatives locales. En 1988, Rémi Toulis et devenu le président sur SR de l’Ariège. Son arrivée a impulsé une nouvelle dynamique au sein du service”, ajoute François Marfaing.

François Marfaing, président du SRA, accompagné de Simon Bellot, trésorier du SRA, Philippe Villiette, proviseur adjoint du Legta et Frédéric Vavasseur, adjoint au directeur du CFPPA en charge de la formation continue.

Apprendre au fil du temps

En effet, pendant sa mandature, le céréalier a structuré le service et a créé deux nouvelles structures : Aria 09 et Agri 2000, qui, toutes deux, ont pour vocation de proposer des services complémentaires au remplacement pour motif social et de s’adresser aux exploitants et aux entreprises agricoles en cas de besoin de complément de main d’œuvre.

La création du congé maternité en 1977 et celle du congé paternité en 2002 ont augmenté l’activité des SRA dans tous l’Hexagone. En 2021, nous avons assuré le remplacement de 23 congés maternité et 30 congés paternité. Une action possible grâce au soutien infaillible de la MSA”, précise le président.

Un accompagnement présenté par le biais d’une vidéo réalisée avec des exploitants et des salariés ariégeois ainsi que l’intervention de Philippe Clarac, président de la caisse départementale de la MSA Midi-Pyrénées Sud.

Par la suite, les premiers contrats Groupama en faveur de la maladie et des accidents ont été créés. Ces derniers permettent aux assurés de bénéficier de 180 jours de remplacement payés en grande partie par l’assurance après une période de carence de 15 jours”, expose François Marfaing.

Ces contrats, créés en partenariat avec les services de remplacement étaient initialement destinés aux jeunes installés avant d’être accessibles à tous les exploitants.

L’avantage est que l’exploitant n’a pas besoin de chercher un remplaçant lui-même, il est envoyé par le service au plus vite suite à la déclaration d’accident ou de maladie”, développe André Roques, président de la caisse locale de Groupama.

François Marfaing, président du SRA.

S’investir politiquement

En 2003, le mandat syndical pour remplacement a été créé afin de permettre aux exploitants investis politiquement dans la défense de notre métier d’être remplacés. En effet, 65 % des coûts du remplacement sont pris en charge, l’élu paye donc 55€ une journée contre 165€ en temps normal”, explique François Marfaing.

Une nouveauté qui a permis, entre autres, à de nombreux jeunes installés d’intégrer le syndicalisme tôt, tels que Clémence Biard, présidente des Jeunes Agriculteurs de l’Ariège.

“Le mandat syndical est une assurance pour nous d’être remplacés lorsque l’on consacre du temps aux syndicats. Cela demande une organisation personnelle mais c’est un réel avantage”, argumente la présidente.

Des opportunités inédites

“Le SRA peut aussi être à l’origine de nombreuses opportunités professionnelles pour les salariés. Un tiers d’entre eux ont un projet d’installation et pour bon nombre d’entre eux, ces missions de remplacement leurs permettent d’acquérir de l’expérience et quelques fois de se voir proposer une association dans un Gaec. C’est le cas de l’une de nos salariées”, se réjouit François Marfaing.

Jean-Yves Bousquet, agriculteur installé en Gaec à Mirepoix, a récemment proposé à Laurine Cros, salariée du SRA de s’associer à son Gaec.

Une communication digitale

Au cours de cette après-midi de rencontre, plusieurs vidéos, abordant chacune une thématique différente, ont été diffusée. Ces dernières seront bientôt publiées sur les réseaux sociaux du service.

Nicolas Sarthou, président du SR France

Nicolas Sarthou, président du SR France, a également fait le déplacement à l’occasion de la première commémoration de cet anniversaire de l’Hexagone. Ce dernier est intervenu sur les projets d’évolution du service à échelle nationale.

Il a ensuite remercié l’investissement des élus et des collaboratrices du SR de l’Ariège pour leur implication mais aussi pour l’idée des olympiades, créée en Ariège, et qui a été développée jusqu’au national où le premier concours des agents de remplacement aura lieu en septembre lors des Terres de Jim, le concours de labour national des Jeunes Agriculteurs.

Enfin, François Marfaing a conclu en rappelant que le SR de l’Ariège est le premier employeur agricole du département et qu’il a besoin d’être valorisé.

C.L.