Chaque année fin mars ou début avril, nous célébrons les fêtes de Pâques. L’occasion de se rassembler en famille et de partir à la chasse aux œufs. Mais Pâques est également un moment très important pour l’agriculture. Théa t’explique pourquoi.

Après Noël et ton anniversaire, Pâques est peut-être le moment de l’année que tu attends le plus. Retrouver ta famille, partir à la chasse aux œufs dans le jardin ou dans la maison et manger des tonnes de chocolats pendant des semaines. Mais sais-tu d’où ça vient ?

À l’origine, Pâques est une fête célébrée dans les religions juive et chrétienne. Selon la chrétienté, Pâques correspond à la résurrection de Jésus, son retour à la vie. Pour les juifs, c’est un moyen de débuter la saison de la moisson de l’orge qui inaugure le cycle agricole annuel.

À l’antiquité, les croyants de ces deux religions avaient pour tradition de sacrifier un agneau en faveur de leur Dieu. C’est ce que l’on appelle faire une offrande, offrir un animal contre la protection d’un Dieu. Depuis, cette tradition a été reprise par les Européens et en particulier les Allemands et les Français, qu’ils soient croyants ou non. Pâques est l’occasion pour les familles de se retrouver pour partager un repas et de bons moments.

Un repas de fête

Le plat principal est souvent composé de ce que l’on appelle l’agneau pascal” ou “l’agneau de Pâques, proposé sous forme de gigot rôti – une partie de sa cuisse, et accompagné de flageolets.

À ce moment de l’année, de nombreux agneaux sont importés de l’étranger et en particulier de Nouvelle-Zélande pour leur prix bas, et vendus dans le commerce. Mais beaucoup de Français ont pour habitude de commander un agneau chez leur boucher ou directement chez les éleveurs qui habitent près de chez eux et font de la vente directe.

Pâques est donc un moment très important pour les éleveurs d’ovins. Bien souvent, ils organisent le renouvellement de leur troupeau pour que des naissances aient lieu quelques temps avant cette fête. Ainsi ils ont le temps de grandir et d’être engraissés, c’est-à-dire nourris pour être assez gros, afin d’être commercialisés à l’approche de Pâques.

Souvent le repas se termine par une chasse aux œufs. Une tradition chrétienne qui a été modifiée avec le temps pour devenir populaire, c’est-à-dire pratiquée par beaucoup de monde qu’ils soient croyants ou pas.

Du chocolat à volonté

À l’origine, la légende dit que les cloches de Pâques apportent des œufs lorsqu’elles recommencent à sonner le jour de la célébration. Cependant, une seconde légende raconte que pendant le carême, une période de 40 jours où les chrétiens pratiquants mangent peu voire pas du tout, les poules continuent de pondre. Ces œufs non consommés sont gardés et décorés pour être offerts le jour de Pâques.

Aujourd’hui, cette tradition a été gardée mais adaptée avec des œufs en chocolat mais aussi des lapins ou des poules.
Des confiseries que les enfants et les adultes ont l’habitude de raffoler.

« Je ne sais pas toi mais moi j’adore le chocolat. Je pourrais en manger toute la journée »

Théa

C.L.